COMMENT CRÉER UN CAS DE QUALITÉ  

Ce texte est extrait et adapté de la charte de qualité des cas de la Centrale de Formation et Médias Pédagogiques des IUT (France). Il a pour objectif de vous aider à améliorer la qualité des cas, tant dans leur contenu que dans leur présentation formelle. Le respect de cette charte est un gage de qualité et de professionnalisme. 

 

1. Qu'est-ce qu'un cas ?

Un cas est la simulation d'une situation d'entreprise. Un "bon" cas sera tiré d'une situation réelle, vécue dans une entreprise ou une organisation. En revanche, un scénario inventé de toutes pièces risque de présenter un côté artificiel, qui le rapprochera davantage d'un exercice que d'une véritable étude de cas.

Par ailleurs, un cas doit être propice à la réflexion et à la discussion. La structure d'un cas est ouverte, par opposition à un exercice, système fermé comportant une solution pour chaque question. 

L'étude d'un cas suppose…

Dans une étude de cas, il n'y a pas forcément UNE bonne décision : le plus souvent se dégage une pluralité d'options, élaborées par les étudiants et argumentées par un travail d'analyse. On ne fournit pas la solution mais des propositions que l'on peut discuter. La solution choisie par l'entreprise est elle-même discutable. 



2. Pourquoi la méthode des cas ?

La méthode des cas est largement utilisée dans l’enseignement de la gestion par plus de 68 % des professeurs. 

Étudier un cas, c'est…

Avantages (+) et limites (-) de la méthode des cas

(+) Les cas mettent en contact avec un grand nombre de situations réelles.

(+) La méthode permet de développer les facultés d'adaptation et le goût des solutions réalistes.

(+) L'étude  d'un  cas  favorise  une  acquisition  en  profondeur  des  techniques  appliquées  à  des situations  concrètes.

(+) La résolution d'un cas est un entraînement à la prise de décision, c'est une invitation à l'action.

(+) La méthode favorise le travail en équipe. 

(-) L'absence de solution type peut générer une frustration de l'étudiant (et de l'enseignant). Il faut accepter l'ambiguïté de solutions plurielles.

(-) La méthode suppose du temps et risque de paraître peu efficiente. Il faut accepter les détours de formation.

(-) La méthode est un complément à d'autres formes de pédagogie. Il faut intégrer la méthode des cas dans un parcours pédagogique diversifié. 

(Cf Jean DUFER, "A propos de la méthodes des cas".   Enseignement et Gestion, nouvelle série N° 82). 
 
 
 


3. Structure d'une étude de cas

Un cas présente une situation d'entreprise en essayant de dégager une problématique, c'est-à-dire une question à résoudre, un problème à traiter. Un cas sera d'autant plus efficace qu'il sera concis et actualisé.

Dans le cadre de la formation au Cégep, la majorité des cas sont traités dans des séances de travaux dirigés d'une durée comprise entre 1 et 3 heures. En conséquence, le cas type "CEGEP" paraît se situer entre 5 et 10 pages, annexes comprises.

Une étude de cas doit comporter les éléments suivants :

 

Voyez les modèles dans votre
Guide méthodologique pour les études et la recherche « Pour réussir » de Bernard Dionne,

 


4. Conseils pour concevoir un "bon" cas

Dans la construction d'une étude de cas, on cherchera à privilégier la recherche "sur le terrain". Nous proposons la démarche suivante :

1. Définir le thème (sujet théorique assigné à l’équipe) et une problématique

2. Préciser l'objectif pédagogique

3. Rassembler les informations à partir des données de l'entreprise et de sources extérieures

4. Rédiger et tester le cas auprès de vos collègues

5. Obtenir les autorisations d'utiliser le cas.

 
DIX CONSEILS POUR RÉDIGER UN CAS… 

  1. Rédiger un plan détaillé… Les problèmes clés seront conformes aux objectifs, ils seront placés au cœur du cas.
  2. Être concis : 5 à 10 pages au maximum, annexes comprises, pour un cas de CEGEP.
  3. Écrire de façon claire et attrayante : le problème posé doit être présenté de telle façon qu'il motive le lecteur et que celui-ci se sente concerné par le cas.
  4. Limiter l'emploi du jargon technique et expliquer les mots non familiers.
  5. Camper les personnages : une entreprise est composée d'hommes. Dans la mesure du possible, faire parler et dialoguer les acteurs du cas. Concevoir un scénario d'urgence : une décision à prendre !
  6. Limiter le nombre et la taille des annexes.
  7. Ne pas accumuler de détails inutiles.
  8. Éviter les incohérences et les erreurs de chiffres.
  9. Ne pas accroître artificiellement la complexité pour faire "vrai" !
  10. Poser le problème de façon claire et détaillée pour bien orienter la discussion du cas.

 

(Adapté de Philippe ALBERT. Enseignement et Gestion. Nouvelle série N° 15.) 
 


5. Consignes à respecter pour une présentation améliorée.  

Améliorer la qualité des cas, c'est aussi normaliser leur présentation formelle, sans toutefois uniformiser. La diversité des cas est un des attraits de la méthode

Les supports numériques et audio-visuels.

Tous les cas doivent être proposés sur disquette informatique du type PC, en traitement de texte Word. Cette disquette est nécessaire pour la numérisation des cas. 

En cas de supports vidéo accompagnant l'étude de cas….

Fournir une version VHS (vérifier que les droits de reproduction ont bien été cédés et permettent la duplication).

 

Il peut être très utile de fournir des transparents (noir et blanc, ou couleur) ou des présentations (type Powerpoint), pour améliorer l'animation du cas et rendre plus concrets certains points : les produits, les matériels, l'implantation géographique, un canevas d'analyse…. Tous ces éléments doivent être rassemblés sur une disquette.

ATTENTION ! L'auteur du cas doit avoir obtenu l'autorisation d'utilisation du cas et des documents reproduits en fac-similé (plaquettes de l'entreprise, extraits d'articles….). Le Collège dégage toute responsabilité à cet égard.

 

Voyez aussi : Les secrets d'une bonne conférence.

 


 

Retour au cours de marketing  Retour à l'index des cours d'Albert Davoine.