P R É V O I R

Prévoir, c'est un mot que j'écris souvent au tableau avec un trait d'union : pré-voir. C'est voir d'avance. C'est la première tâche de la mission du chef. On dit que gouverner, c'est prévoir.

Pour diriger, donner un sens, il faut prendre le temps de regarder en avant. Les gestionnaires technocrates se précipitent malheureusement tout de suite dans la planification.

Obnubilés par la poursuite de leur curriculum vitae, ils ne savent même pas où ils vont dans leur vie personnelle. Ils nous font de merveilleuses planifications stratégiques, de splendides plans d'affaires mais, comme le dit si bien le proverbe : « lorsque tu ne sais pas vers quel port tu te diriges, aucun vent n'est bon. »

J'ai appris le métier d'ingénieur sur les bancs de l'école, et le métier d'administrateur en enseignant l'administration, tout en mettant la main à la pâte comme conseiller et comme dirigeant de diverses entreprises commerciales et organisations communautaires.

Mais j'ai commencé à comprendre vraiment ce qu'est la direction quand j'ai suivi mon premier cours de voile, passé l'âge de quarante ans. Je me suis mis à l'école d'un maître instructeur de voile.

Le maître m'a appris que, pour traverser la rivière des Outaouais sur mon dériveur, il me faut, avant tout, fixer des yeux un point de repère à l'horizon.

Le clocher de l'église du village sur la rive opposée fait très bien l'affaire si c'est là que je veux aller. Ensuite, il me faut garder les yeux rivés sur lui.

Bien sûr, je ne suis maître ni du vent, ni du courant, ni des autres embarcations qui naviguent sur cette rivière mais, même en louvoyant, je finirai bien par arriver à destination, à suivre le destin que j'aurai aperçu et décidé de poursuivre, sans lâcher le gouvernail.

Diriger signifie mener en ligne, faire aller dans un certain sens.

Comment décider du sens que l'on va prendre ? Quelle est la bonne direction ? Comment enfin amener l'équipage sur cette voie ?

Trois questions auxquelles je tenterai, dans cette première partie du livre, non pas de répondre, mais bien de dégager des pistes, d'apporter un peu de lumière, de donner un coup de main, pour que vous puissiez découvrir vous-même votre itinéraire.


Suite : Trois obstacles à la vision

Diriger autrement. | Page d'accueil d'Albert Davoine.

Merci de votre visite !

©Albert Davoine (1997)