Trois cailloux blancs...

Gouverner et prévoir, diriger une entreprise et être visionnaire, même dans le chaos et dans le gâchis, cela tient du prodige. Pourquoi et comment faire ? Non, la réponse ne se trouve pas dans les pages suivantes, ni dans un autre livre. Chaque homme doit chercher sa propre réponse.

Je disposerai donc dans ce livre trois cailloux blancs, comme trois points de suspension à la fin d'une phrase de l'écrivain, ou plutôt au commencement de la réflexion du lecteur... Pour lui laisser de l'espace, un champ où tracer les sillons de la trame de sa vie, en regardant l'horizon, en fixant son point de mire.

Le premier caillou blanc marque l'étape de la rupture. Le voyageur doit quitter la ville pour se rendre seul à la campagne, au désert ou dans la forêt. C'est dans la solitude et le silence qu'il trouvera le deuxième caillou blanc, le signe de la faim. Le troisième signe sera celui du rendez-vous.

Mon intention, exprimée dès le début de ce livre, est d'écrire pour faire du bien. Mais je ne peux donner que ce que j'ai. Et je n'ai que mon expérience d'éducateur et de conseiller à offrir au lecteur. Bien sûr, je voudrais provoquer la réflexion, mais par la suite, je veux vous inviter à poursuivre votre propre démarche.

Comme ce chemin n'est pas facile, et qu'il m'a fallu aussi le parcourir et le refaire souvent seul ou avec d'autres, je raconterai comment d'autres chefs ont poursuivi cette route. Comme je ne peux raconter que ce dont j'ai été témoin, je parlerai donc des expériences des gens que j'ai pu aider à un moment de leur vie.

J'ai été le conseiller de nombreux chefs d'entreprises et, avec toutes les confidences qui m'ont été faites, j'ai reconstitué des personnages pour illustrer les trois étapes de la vision : la rupture, la faim et le rendez-vous. Comme je n'ai pas de solutions à vendre, je laisserai seulement le lecteur libre de persévérer dans sa propre quête avec, je l'espère, un peu de lumière et de chaleur fraternelles.


Suite : Le premier caillou blanc, la rupture

Diriger autrement. | Page d'accueil d'Albert Davoine.

Merci de votre visite !

ŠAlbert Davoine (1997)