Albert Davoine - Archives du journal  - Dixième année - 2008


La quête.
Le vrai trésor s’accumule en cours de route, au travers d’expériences significatives.
Le cheminement est aussi important que la destination !
Bernard Lachance, conseiller d'orientation.


--------------------------------------------------------------------------------

Neuf pas sur dix ne sont que la moitié du chemin.
Nous confondons souvent décision et action. Quelle force intérieure, quelle énergie ne faut-il pas déployer pour vivre un délai quand le prochain pas est celui de l'autre ? Comment vivre ce délai ? En pratiquant la vertu d'espérance, cette force qui nous reste quand la foi aveugle hésite face à la lumière vacillante de la connaissance. Mais il n'y a pas d'espérance sans amour : sans ce regard de respect ni ce geste de sollicitude à l'égard de l'autre, sans ce regard indulgent sur nos propres limites. C'est là un autre paradoxe de la philosophie et de la gestion : on ne peut rien faire de sérieux sans réflexion ni patience, et les grands espoirs se réalisent par une infinité de tout petits gestes posés maintenant.
Lettre de Relance. Octobre 1990.


--------------------------------------------------------------------------------

Un enfant.
Un enfant
Ça vous décroche un rêve
Ça le porte à ses lèvres
Et ça part en chantant
Un enfant
Avec un peu de chance
Ça entend le silence
Et ça pleure des diamants
Et ça rit à n'en savoir que faire
Et ça pleure en nous voyant pleurer
Ça s'endort de l'or sous les paupières
Et ça dort pour mieux nous faire rêver

Un enfant
Ça écoute le merle
Qui dépose ses perles
Sur la portée du vent
Un enfant
C'est le dernier poète
D'un monde qui s'entête
A vouloir devenir grand
Et ça demande si les nuages ont des ailes
Et ça s'inquiète d'une neige tombée
Et ça croit que nous sommes fidèles
Et ça se doute qu'il n'y a plus de fées

Mais un enfant
Et nous fuyons l'enfance
Un enfant
Et nous voilà passants
Un enfant
Et nous voilà patience
Un enfant
Et nous voilà passés.

Jacques Brel.


--------------------------------------------------------------------------------

Thérèse et ses vaches.
Quand elle était enfant, une de ses tâches à la ferme familiale, était de conduire les vaches au pâturage. Au début, cela l'énervait. Elle se sentait toute petite et perdue au milieu de ces mastodontes. Elle courait de la tête à la queue du troupeau, tantôt pour indiquer le chemin, tantôt pour ramener les égarées, tantôt pour stimuler les retardataires.
La voyant se démener ainsi, un vieux fermier voisin la prit en pitié et vint lui parler. Il lui dit calmement que, dans chaque troupeau, il y a une ou quelques vaches qui sont des braves bêtes que les autres regardent et respectent. Dans son troupeau, il y avait la Roussette. Il suffisait, avant de se mettre en route vers la prairie, d'aller parler à la Roussette, de lui flatter la nuque, et de lui dire dans l'oreille : Roussette, on s'en va dans le pré du ruisseau, ce matin. Tu ouvres la marche. Et la Roussette se mettait en route, suivie par le troupeau. Thérèse fermait la marche en encourageant les paresseuses et en calmant les jeunes veaux excités.
Thérèse m'a dit que dans toutes les entreprises qu'elle a dirigées, elle avait toujours procédé de la même manière : une fois que le but a bien été défini, et que la troupe sait où aller et qu'elle partage cet objectif, il suffit de faire suivre et de faire confiance aux leaders naturels. Le chef n'a plus qu'à se faire présence rassurante et à laisser l'équipage faire son ouvrage.
Diriger autrement.


--------------------------------------------------------------------------------

Arrêter pour avancer.
Vous avez pu constater récemment que l'avenir qui brillait au fond de la boule de cristal n'était en réalité que l'éclat d'une lumière oblique sur une fêlure plus profonde : les marchés s'ouvrent mais votre part rétrécit, la bourse a plongé, et quelques grands noms prestigieux ont été effacés ou couverts de graffitis accusateurs. Et vous essayez de survivre et de vous sécuriser en vous accrochant aux recettes connues : le travail acharné, la rigueur de gestion et la défense à tout prix du drapeau, de l'image. Il vous reste encore cependant assez de lucidité pour entrevoir que la mondialisation des exclus est aussi redoutable que la mondialisation des échanges commerciaux. Vous n'osez pas prononcer le mot panique.
... Arrêtez-vous donc maintenant ! Débranchez votre téléphone cellulaire, rangez votre auto sur le bord de la route et allez donc vous promener pour contempler les bleuets inutiles dans les champs de blé ou pour faire des ronds dans l'eau ! Marchez seul quelques pas, faites silence une minute, une heure, une journée, une année s'il le faut. Pleurez, si vous en avez le courage. Respirez gratuitement le vent frais et rentrez avec le sourire, monsieur le président... Revenez faire votre travail, celui d'être un chef présent et rassurant, un homme au service des autres.
Lettre de Relance. Mai 2001.


--------------------------------------------------------------------------------

Harcèlement ou développement de la personne ? Deux manières de gérer une entreprise.
Au cours de communication, j’ai appris que l’on doit faire attention à la manière dont on s’adresse aux gens. Tout le monde a droit à sa dignité et malheureusement dans le milieu de travail cela fait souvent défaut. On a pu voir que le harcèlement peut nuire à la santé mentale d’une personne, comme dans le vidéo présenté en classe : cet homme d’un certain âge qui subissait la cruauté mentale de son supérieur qui n’avait aucun respect pour ce travailleur. J’ai eu le cœur serré en voyant cela ! Cette personne oublie qu’un jour, elle aussi aura cet âge !
Je suis toujours peinée quand je vais dans un magasin et que je vois une personne souffrir soit à cause des clients ou du gérant. Je suis toujours portée à les encourager, je les remercie du beau service qu’elle m’offre.
Grâce au cours de communication, j’espère de tout cœur continuer de m’affirmer, oser dire ce qui ne va pas, et voir si la situation peut s’améliorer si je subis à nouveau du harcèlement mental. Notre développement mental et l’estime de soi sont primordiaux si l’on veut s’en sortir.
Et si en travaillant, on découvre une façon de travailler qui peut améliorer la qualité de notre travail, pour le bien de la compagnie, il ne faut pas hésiter à en parler à nos supérieurs car on ne sait jamais, on pourrait ainsi de cette manière gagner leur estime, car ils verraient qu’on est des gens qui pensons au bien de la compagnie !
Témoignage d'une étudiante adulte du groupe FCI - Hiver 2008.


--------------------------------------------------------------------------------

Éthique et morale.
Faut-il distinguer entre morale et éthique ? A vrai dire, rien dans l'étymologie ou dans l'histoire de l'emploi des mots ne l'impose : l'un vient du grec, l'autre du latin, et les deux renvoient à l'idée de moeurs (ethos, mores) ; on peut toutefois discerner une nuance, selon que l'on met l'accent sur ce qui est estimé bon ou sur ce qui s'impose comme obligatoire. C'est par convention que je réserverai le terme d' « éthique » pour la visée d'une vie accomplie sous le signe des actions estimées bonnes, et celui de « morale » pour le côté obligatoire, marqué par des normes, des obligations, des interdictions caractérisées à la fois par une exigence d'universalité et par un effet de contrainte. Paul Ricoeur.
Lectures du Dr. Pierre Coninx.


--------------------------------------------------------------------------------

Dans ce monde poutt poutt.
Dans ce monde aux vitesses nouvelles, il semble que nos cerveaux solidement formatés recherchent de plus en plus l’éclat du scintillant rapidement jetable : la samba de la consommation de masse au profit de quelques-uns. C’est la grande époque des nouveaux rois de la distribution mondiale à qui les Français cette fois auraient oublié de trancher la tête. Les tomates les plus belles comme les moins chères ont souvent le goût et la texture des mauvaises patates. Mais elles sont et plus belles et moins chères, et c’est aujourd’hui ce qui semble être devenu la plus chère des valeurs.
Dans ce monde poutt poutt, loin des abris, nous tentons une autre aventure : une envolée de l’humain sur les chemins d’Icare.
En spectacle, Edgar BORI, c’est une chanson poétique sur des musiques originales tantôt country tantôt latines ou jazzantes, une ambiance théâtre-cirque, une soirée où la parole reprend ses lettres de noblesse. La suite doit être vue et entendue.
Edgar Bori. www.bori.com


--------------------------------------------------------------------------------

La loi et le droit.
Quand la loi est ainsi faite que, pour les travailleurs, avec leur salaire légal, il est impossible d'avoir un logis pour abriter humainement un foyer, un berceau, ce n'est pas d'entreprendre une construction sans permis, c'est la loi qui est illégale. Ce n'est pas aux hommes de s'écraser devant la loi. C'est à la loi de se changer pour répondre aux droits de l'homme.
Abbé Pierre.


--------------------------------------------------------------------------------

Poème de gestion.
Regarder l'assaillant comme un autre être humain, avec lequel la paix sera faite demain.
Aimer encore.


--------------------------------------------------------------------------------

Engagement.
Aux jours d'attente inquiète que nous traversons, les hommes de cœur, même quand ce sont des jeunes gens, suivent une autre voie que celle du plaisir et de l'indifférence.
Maréchal Hubert Lyautey.


--------------------------------------------------------------------------------

Das Ewig-Weibliche zieht uns hinan.
L'amour, c'est l'occasion unique de mûrir, de prendre forme, de devenir soi-même un monde pour l'amour de l'être aimé.
Le don de soi-même est un achèvement.
Rainer Maria Rilke.


--------------------------------------------------------------------------------

L'harmonie.
L'harmonie et la beauté sont le fruit de la complexité, et non du totalitarisme unifiant.
Diriger autrement : Premier mouvement, Allegro.


--------------------------------------------------------------------------------

L'urgent et l'important.
Nous ne pouvons pas prévoir ce qu'il adviendra de ce que nous faisons gratuitement par amour.
L'amour est la forme perfectionnée du respect de l'homme pour son prochain.
Aimer exige de notre part trois conditions essentielles : la passion, l'intimité et l'engagement.
L'urgent et l'important.


--------------------------------------------------------------------------------

Le grand amour.
C'est dans les petites choses que se mesure un grand amour ; en faire de grandes, ce n'est pas difficile : on est porté ; mais les ordinaires, les mesquines, les fastidieuses, nécessitent un oubli de soi dont peu sont capables.
René Vallery-Radot.

Mieux vaut se mettre sérieusement à quelque chose de médiocre, que de rêver éternellement à la perfection.
Henri de Tourville.


--------------------------------------------------------------------------------

Adieu dit le renard.
Adieu dit le renard. Voici mon secret.
Il est très simple : on ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel et invisible pour les yeux...
C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante...
Tu es responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose...
Antoine de Saint-Exupéry. Le Petit Prince. Chapitre XXI.


--------------------------------------------------------------------------------

Guantanamera.
Je suis un homme sincère,
De là où pousse le palmier,
Avant de mourir, je voudrais dire ces vers:

Je viens de partout,
Et partout je vais,
Je suis l'art parmi les arts.
Je suis une montagne parmi les montagnes.

Ne me jetez pas dans l'obscurité
pour me faire mourir comme un traître.
Je suis bon et comme un homme je mourrai
face au soleil.

Le léopard porte lui même son manteau
Dans la montagne sèche et sombre
Mai moi, j'ai mieux que le léopard,
Car j'ai avec moi un bon ami.

José Marti.
CUBA au Musée des Beaux-Arts de Montréal.


--------------------------------------------------------------------------------

J'ai le trac.
J'ai le trac, comme l'artiste avant le lever du rideau, même après plus de vingt années de métier. Il me faut aller demain expliquer à des jeunes gens ce qu'est la vente, et leur donner le goût du métier.
J'ai le trac pour vendre.


--------------------------------------------------------------------------------

Concerto pour un projet.
Patience, patience. Patience dans l'azur! Chaque atome de silence est la chance d'un fruit mûr! (Paul Valéry)
Concerto pour un projet.


--------------------------------------------------------------------------------

Le mirage du changement.
La condition essentielle à tout changement est la recherche de la vérité, et l'acceptation du risque de la solitude. Aucun changement ne s'accommode du moindre mensonge. Ou alors, nous courons vers les mirages dans le désert, nous achetons du cinéma.
Le mirage du changement.


--------------------------------------------------------------------------------

À la suite du cours sur la communication...
S'il y a un truc que j'ai retenu dans le cours c'est probablement que, peu importe le type de personne à qui on s'adresse, il y a toujours un moyen de s'adapter et de faire passer son message, et c'est ce qui est, au fond, le plus important.
...
Avant, j'avais tendance à me fâcher et à le faire savoir à l'autre, parce que je ne prenais pas l'autre totalement en considération. Pour moi, l'autre personne n'avait qu'à m'écouter et je ne comprenais pas pourquoi cela pouvait être difficile pour elle.
...
Obtenir les crédits pour un cours est une bonne chose, mais réussir à intégrer une formation de façon à nous rendre plus humains, et plus humanisants pour les autres, c'est donner du sens à nos études, et à notre vie.


--------------------------------------------------------------------------------

La conscience de l'autre.
Nous ne connaissons de l'autre que ce que nous connaissons de nous-même.
La conscience de l'autre passe par la conscience de soi, et par l'acceptation de l'autre en nous.
Regarder et accepter les autres, c'est par là que nous changeons, que nous devenons humains.
(Cahier inédit 6-473).


--------------------------------------------------------------------------------

Ralentissement.
C'est quand le bateau file, que l'horizon s'éloigne.
Mais quand le vent s'arrête, le ciel est près de nous,
et la paix se dépose en flocons de lumière
sur le pont et les toits, dans le cœur de l'humain.
(Cahier inédit 4-285)


--------------------------------------------------------------------------------

L'amour paradoxal.
L'amour est fort et faible, évident et mystérieux, sensuel et mystique, passionné et détaché, précieux et gratuit...
L'amour est surprenant.
(Cahier inédit 2-108)


--------------------------------------------------------------------------------

La valeur d'un homme.
L'homme vaut ce que valent ses décisions.
L'homme vaut de l'argent, quand ses décisions valent de l'argent.
L'homme vaut le respect, quand ses décisions valent le respect.
L'homme vaut d'être un homme, quand ses décisions sont humaines et humanisantes.


--------------------------------------------------------------------------------

Le génie.
Pour faire de grandes choses, il ne faut pas être un grand génie : il ne faut pas être au-dessus des hommes, il faut être avec eux.
Montesquieu.


--------------------------------------------------------------------------------

Le poète.
Le poète est l'artisan de la perte de temps et du gain de sens.
Il forge, avec le rythme, un sens nouveau des mots.
Il ose ainsi couler l'or fondu de l'amour.
Et parfois il ne peut que passer sous silence un message secret murmuré par le vent.


--------------------------------------------------------------------------------

L'amour en quête.
Un amour sans découverte, sans étonnement, sans surprise, est un amour sans espoir. Un amour qui sait tout est un amour acquis. L'amour ne s'acquiert pas, il se cherche dans la quête, il se construit dans l'attente, il existe par la grâce...
Un amour de quatre saisons.


--------------------------------------------------------------------------------

La complicité.
La famille est la première et la meilleure école de solidarité. La complicité est synonyme d'appartenance à une équipe. Être accepté par les autres est un besoin fondamental de l'individu social que nous sommes. L'équipe ouverte, ou la famille saine, jouent un rôle protecteur et renforçateur sur leurs membres et elles sont le lieu de solidarités qui permettent l'éclosion des personnalités. C'est là un endroit privilégié où le bien-être peut être ressenti.
Diriger autrement : la complicité.


--------------------------------------------------------------------------------

Gracias A La Vida.
Merci à la vie qui m'a tant donné.
Elle m'a donné deux yeux et quand je les ouvre
Je distingue parfaitement le noir du blanc
Et là-haut dans le ciel, un fond étoilé
Et parmi les multitudes, l'homme que j'aime.
...
Violeta Parra, Chili.


--------------------------------------------------------------------------------

Merci à la femme.
Merci d'être là, présente,
d'exister dans ma vie
comme un cadeau du ciel
comme une ange discrète
gardienne de l'enfant
qui dort au fond de moi.
La copine du gars
qui devient fou de joie,
la compagne du sage
au sourire d'espoir.
Merci d'être ma femme
et d'être mon amie,
être humain dans ma vie.

Albert Davoine. Poèmes. Cahier inédit 5-461. Avril 1994.


--------------------------------------------------------------------------------

Correspondances.
La nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
- Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

Charles Baudelaire


--------------------------------------------------------------------------------

Concerto pour un projet.
Quand nous nous attelons à la tâche de bâtir, nous partons d'une idée folle. Au départ le projet doit être insensé, parce qu'il est neuf, inconnu, original. Si les autres ne nous regardent pas du coin de l'œil avec un certain sourire lorsque nous leur parlons la toute première fois de notre projet, c'est que ce n'est pas très génial, ça ne les surprend pas, ce n'est pas bien différent de ce qu'ils connaissent déjà. Car c'est cette idée folle qui allume la passion, le coup de foudre, l'énergie créatrice débridée qui nous pousse à croire, à nous projeter au dehors de nous même, vers les autres, vers l'avenir.
Concerto pour un projet.
 


ACCUEIL Courrier - Écrire un commentaire Lire les commentaires
ACCUEIL CONTACT COMMENTAIRES ARCHIVES

Merci de votre visite. Au revoir !